Pourquoi il faut économiser de l’eau

En ce moment, on entend à la radio des spots publicitaires qui nous disent d’économiser de l’eau. Mais on nous dit pas vraiment pourquoi. On nous dit que l’eau est un bien précieux qu’il faut énomiser. Certes. Mais c’est pas suffisant comme explication. La majorité des gens a l’impression que l’eau, il y en a partout, en tout cas chez nous, et que de toutes façons, celle qu’on utilise est traitée pour être réutilisée.

Lire la suite »

L’alcool au volant : l’alcool de canne à sucre est-il vraiment un biocarburant?

Dimanche dernier sur M6, un reportage illustrait l’utilisation que fait le Brésil de l’alcool de canne à sucre comme carburant. C’était présenté comme une alternative au pétrole, ce qui m’a fait pensé que c’était écologique, mais à la fin du reportage, j’avais surtout l’impression que c’était une histoire de gros sous. Mes recherches me l’ont confirmé…

Lire la suite »

Bientôt la rentrée

Si vous aussi vous vous sentez agressé par les gigantesques rayons de cartables et autres fournitures scolaires alors que nous ne sommes que début août, faites donc un petit tour chez Raffa. Pas besoin d’acheter grand chose avec son éco-rentrée, tout en faisant un petit geste pour la planète. Pas mal, non?

Réduire les emballages

Trier ses emballages, c’est bien, mais pourquoi pas réduire la pollution à la source en choisissant ses produits de façon à réduire les emballages inutiles?

On peut par exemple préférer les sacs et cabas réutilisables plutôt que les jetables, ou si le choix est possible, préférer les sacs en papier plutôt que les sacs en plastique. En choisissant un produit, évitons les produits à dose unique ou avec des emballages fraicheur qui multiplient le nombre de couches de plastique autour du produit. Pour garder la fraicheur des biscuits, une boite en fer blanc où vous mettez les biscuits restants fait très bien l’affaire et n’ira pas encombrer les décharges tout de suite.

De même, préférons les emballages en carton aux emballages plastiques (pour les oeufs, par exemple). Quand on choisit ses fruits et légumes au supermarché, pas besoin de sac plastique pour les fruits ou légumes qui se payent à l’unité (melon, citron, avocats, etc.). Enfin, évitons d’acheter les produits du genre compote à boire dont l’emballage comporte de l’aluminium et du plastique contre-collés: impossible à recycler.

Avec de tous petits gestes, on peut réduire notablement la quantité de matière jetée à la poubelle. Espérons aussi que les industriels s’y mettront aussi au bout d’un moment.

L’allaitement, c’est écolo

La Semaine Mondiale de l’Allaitement Maternel, c’est aussi l’occasion de se rappeler que l’allaitement maternel est un des aliments les plus écologiques qui soit! Naturel, renouvelable, il n’engendre de pollution ni pour sa fabrication ni pour son transport. Encore un argument en faveur de l’allaitement…

Se fringuer avec des idéaux

Qui a dit que les vêtements en coton biologiques étaient forcément chers et pas modes? Ideo est une jeune marque de vêtements en coton biologique qui vend entre autres via internet. Ce que j’aime chez eux c’est que les vêtements sont tous très tendances, parce qu’être écolo ne veut pas dire ressembler à un hippie attardé. Les prix sont tout à fait analogues à des vêtements de moyenne gamme (25 euros pour leur top cintré très mode, par exemple) et en plus d’être bios, ces vêtements sont issus de commerce équitable, ce qui ne gâche rien.

En consultant leur site internet ou leur blog, vous pourrez vous faire vous-même une idée de leur façon de travailler.

Du vrai…

Je suis sûre que comme moi, vous avez dû entendre des gens dire des choses comme « les tomates n’ont plus de goût », ou encore « dans le temps, les fraises avaient vraiment du goût! ». Si ça se trouve, vous êtes une de ces personnes! Eh bien sachez que j’ai rejoint le club! Jusqu’à maintenant, je me disais que c’était comme les pâtes au fromage dont je raffolais enfant (le « macaroni and cheese » industriel en boîte) et que je trouve absolument imangeable maintenant. Ce n’était qu’une question d’évolution: mes goûts avaient changé.

Mais samedi dernier, j’ai enfin compris ce que les gens voulaient dire: j’ai goûté une tomate tellement juteuse, goûteuse, hum.. j’en salive encore. Comment se fait-ce, me direz-vous? Eh bien, c’était tout simplement un fruit qui a été cueilli à maturité par le maraîcher de notre AMAP. Un fruit dont la variété a due être sélectionnée pour sa saveur et non pour sa fermeté (histoire de supporter les jours de transports en camion) ou sa forme (légèrement plate pour mieux s’empiler dans les caisses). Un fruit qui a poussé dans la terre, comme au bon vieux temps où le hors sol n’existait pas. Un fruit bio. Un vrai fruit, tout simplement.