Changer ses habitudes de consommation après avoir vu Home, le film de Yann Arthus-Bertrand

Vous avez vu Home, le film de Yann Arthus-Bertrand et vous vous demandez ce que vous pouvez faire pour changer les choses à votre niveau ?

Lorsqu’on visionne Home, le film de Yann Arthus-Bertrand, le moins qu’on puisse dire, c’est que cela ne transporte pas de joie. Autant d’informations négatives peut même engendrer un tel sentiment d’impuissance qu’on s’en protège en niant les évidences. Le fameux « c’est pas si grave que ça… » qui permet de passer à autre chose plus rapidement.

Or, nous ne sommes pas impuissants. Le changement, nous pouvons en être acteurs, tous autant que nous sommes, à notre niveau.

Voici deux pistes importantes de changements que vous pouvez mettre en place dans votre foyer.

Alimentation : bio et locale

Dans le film, parmi les images spectaculaires, il y a celle du fleuve Jourdain, en Israel, presque complètement asséché par l’irrigation des cultures de tomates en plein désert. Il est rare de voir une conséquence aussi directe de nos achats. Lorsque vous achetez des tomates d’Israel en plein hiver, vous contribuez à assécher le Jourdain. Tout simplement.

La solution : achetez local ! Trouvez un producteur local sur votre marché, abonnez-vous à une AMAP, ou à défaut, au supermarché, limitez-vous aux fruits et légumes produits en France. L’idéal étant bien sûr un producteur de votre région qui pratique l’agriculture biologique…

Consommation : réduire, réutiliser et recycler

On le voit bien dans Home, la surexploitation des ressources naturelles est conséquence directe de notre mode de vie occidental basé sur la consommation. Cessons cette surconsommation. Posons-nous les questions suivantes avant d’acheter un objet :

  • Est-ce que j’en ai vraiment besoin ? Est-ce que j’en ai déjà un ?
  • Est-ce que je peux réparer celui que j’ai mais qui ne fonctionne plus plutôt que d’en acheter un nouveau ?
  • Est-ce que je peux l’acheter/le récupérer d’occasion ?
  • Et ne jetons plus des objets qui peuvent encore servir ! De nombreuses filières existent qui permettent de se débarrasser de ses objets usagés de manière à ce qu’ils servent à d’autres : eBay, vides-greniers, Freecycle, Emmaüs…

Plus d’informations sur les 3R via Ekopedia

Bien évidemment, ces changements sont longs à mettre en place. Personne n’est parfait et exempts de contradictions dans ce domaine alors décomplexez-vous. Focalisez-vous sur une des habitudes que vous souhaitez changer et commencez par là. Comme on dit, pour arriver au bout du chemin, il faut bien commencer par faire un premier pas.

٥杶+e{86Eحy[ܛ%!לz{^xӃhZ.׫׫uoz{^w/i

| | | |

7 commentaires à “Changer ses habitudes de consommation après avoir vu Home, le film de Yann Arthus-Bertrand”

  1. oui voir ce film ou faire face à d’autres informations du même type peuvent mener à une envie de réagir, d’agir.
    et oui malgré tout nous nous sentons bien impuissant face au "désastre". L’envie de faire quelque chose se transforme rapidement en fantasme et les actions connues ou conseillées dans le post, ne peuvent en rien répondre à ce fantasme. Nous aurions tant de choses à changer dans nos comportements; et notre mode de vie même serait à remettre en question, car l’écologie à la ville reste une utopie.
    Alors comment se satisfaire de notre non écologie comportementale quand nous ne sommes pas prêt à changer radicalement notre mode de vie?
    Je ne veux pas dire que consommer bio éteindre ses lumières ou trier ses déchets ne sert à rien, au contraire on voit bien comment la demande accentue l’offre et ainsi transforme peu à peu notre territoire agricultivé.
    Mais je reste frustré de ne pas savoir de ne pas pouvoir en faire assez pour que change réellement les choses.
    Je ne peux à mon niveau en faire plus! et je ne peux non plus faire que nous soyons plus nombreux intéréssés par ces problématiques.
    Ce film comme d’autres action d’information participe d’un acte écologique; en emportant vers ces horizons de nouveaux adeptes. peut être.
    Mais dieux que nous devons être patient face à cette urgence.

  2. Je suis d’accord avec toi : c’est frustrant (et inquiétant) de ne pas pouvoir faire plus. Cependant, rien que par l’exemple, je pense qu’on peut tout de même toucher des gens et changer les choses, petit à petit. Je me souviens bien de la première fois où j’ai rencontré quelqu’un qui mangeait uniquement bio : j’avais trouvé ça totalement surréaliste… sans me douter que c’était une graine qui allait germer un peu plus tard. Il ne s’agit pas de donner des leçons, mais simplement de changer nos comportements et d’en parler avec les gens qui le souhaitent. Mais oui, c’est bien long…

  3. où se procurer le film HOME si on veut l’acheter?

  4. Il me semble qu’il est dispo à la FNAC, mais qu’ils ont quelques petits problèmes de stock…

  5. l’eco activistme commence chez sois on nous le dis bien longtemps! mais un rappel comme HOME c’est une bonne chose pour touché un plus large public

  6. J’ai entendu dire que les créateurs du site Hydroclic ont montrer HOME à des enfants afin de voir leurs réactions et de répondre aux questions qu’ils se posent après avoir vu le site. Belle initiative car certains passages sont un peu compliqués pour eux !

  7. On a tord de penser que nos efforts particuliers ne mènent à rien de concret. Si chacun bannit les sacs en plastique ou au pire utilise des sacs biodégradables, l’impacte serait énorme sur la vie des animaux marins. Un si petit geste pour chacun au quotidient, une habitude si facile à prendre, et un bénéfice tellement considérable pour la planète…
    Pas de demande pas d’offre, c’est une des clef du problème à mon sens. Impossible pour les politiques d’interdire les sacs plastiques? Pouvoir des lobby? Arrêt-on de les acheter, ils n’y pourront rien. Encore une fois, pas de demande, pas d’offre.

Commentez ce billet